accueil
 
association
 
activités
 
environnement
 
municipalité
 
divers
 
 
Site officiel du Lac Labelle
 
 

réseau de surveillance volontaire des lacs

 
 
 

Le lac Labelle compte 3 stations de surveillance. Pour situer les stations sur la carte, référez vous à l’adresse suivante : http://www.mddep.gouv.qc.ca/eau/rsvl/rsvl_details.asp?fiche=199 Vous trouverez le rapport complet (2013) sur le site de l’APLL.

En résumé,

Une bonne estimation de la transparence moyenne a été obtenue par 8 mesures de la profondeur du disque de Secchi. Les moyennes estivales pour les stations 199A, 199B et 199C étaient respectivement de 7,4 m, 7 ,0 m et 6,8 m. Les moyennes pluriannuelles obtenues depuis 2007 sont de 6,7 m, 6,9 m et 6,7 m. Plusieurs facteurs peuvent influencer les résultats. Par exemple : de fortes pluies, les vagues crées par le vent ou le niveau d’activité nautique des plaisanciers, l’ensoleillement ou la couverture nuageuse. On peut remarquer aussi sur les graphiques que les profondeurs augmentent au fil de l’été. C’est au printemps lors du dégel que l’apport en débris organiques, donc de matière en suspension est le plus élevé.

Les concentrations moyennes de phosphore pour les 3 stations étaient 1,9, 1,4 et 2,0 µg/l, ce qui signifie que l’eau est très peu enrichie par le phosphore.  Le lac se classe dans la catégorie ultra-oligotrophe.  Le phosphore existe dans la nature à l’état de phosphate et c’est un élément nutritif essentiel à la vie des plantes. Les phosphates sont aussi employés comme engrais et dans la fabrication de détergent (à proscrire des produits domestiques).  

Un milieu dont la biomasse d’algues microscopiques en suspension est faible, c’est-à-dire inférieure à 3,5 μg/l  situe le lac dans la catégorie oligotrophe. Les moyennes étaient de 1,4, 1,8 et 1,5 μg/l.

Les concentrations moyennes de carbone organique dissous étaient de 3,8, 3,9 et 3,8 mg/l. ce qui indique une eau légèrement colorée. La couleur a une faible incidence sur la transparence de l’eau.

En conclusion on peut affirmer que l’ensemble des données recueillies permet de situer le lac Labelle dans la classe oligotrophe.  Le lac présente peu ou pas de signes d’eutrophisation.  L’eutrophisation est l’évolution biochimique qui perturbe l’équilibre biologique ou en mots simples, la dégradation du milieu aquatique. Les mesures misent en place pour la protection de la bande riveraine et un meilleur contrôle des installations septiques et de leurs vidanges ne sont pas étrangères à l’amélioration sensible des résultats obtenus depuis 2007.  

Pour l’amour du lac, poursuivons l’application des mesures prescrites par la municipalité et le MDDEP.  L’ APLL  en fait la promotion depuis ses débuts.

C’est au bénéfice de tous !

 

 
 
 

environnement

  Introduction     Urgence environnement     Cyanobactéries     Myriophylle à épis     Caractérisation des bandes riveraines du Lac Labelle - Rapport en date du 31 Mars 2014     Revégétalisation des rives     Phosphore     Fertilisants     Vagues de bateau     RSV des lacs     Installation septique     Barrage du Lac-Labelle étude de rupture de barrage     Impact du niveau de l'eau sur les rives du lac Labelle     Sécurité nautique et la qualité de vie sur les lacs et cours d'eau du Québec     Résultat des pêches expérimentales au Touladi dans le lac Labelle 2010  

albums photo

  Lac Labelle  

DERNIÈRE NOUVELLE

ÉPLUCHETTE DE BLÉ D'INDE 2016

Encore cette année, l'épluchette de blé d'inde a attirée une centaine de personnes à la salle des loisirs des propriétaires au Lac Labelle. Les personnes présentes avaient l'opportunité de dégustés épis de maïs et chien-chaud, cuisiné par la famille Francoeur, merci de votre implication...


Aussi, la danse et le jeu de poches ont contribué à amuser les personnes présentes. Beaucoup de plaisir à peu de frais



Comité APLL